Le fartage en skating

L'application du fart

Une fois tout le matériel acquis, il faudra s'en servir régulièrement. Le but n'est pas de farter avec un super fart quand vous avez envie de « performer », mais bel et bien de farter quasiment à chaque sortie, car plus vous saturerez votre semelle, plus elle sera glissante et endurante.
C'est le principe du fart d'entrainement, dont les qualités d'impregnation sont bien meilleures que les farts fluorés de compétition. D'ailleurs les pros s'en servent régulièrement à l'entrainement et aussi lors du stockage des skis.

Ainsi vous glisserez mieux avec un ski dont la semelle est entretenue avec un fart basique hydrocarboné, plutôt qu'avec un ski préparé « compét » (poudre Cera, base HF…) une fois dans l'année, alors que la semelle n'est jamais farté habituellement !

Pour l'application du fart, si vous êtes totalement novice, je vous renvoi à nouveau vers mon article sur skitour, qui explique la méthode avec notamment quelques photos. Il existe également pas mal de vidéos sur youtube ou dailymotion, mais souvent ils mettent bien plus de fart qu'il n'en faut…

On retiendra qu'il ne doit pas y avoir d'apparition de fumée lors de l'application du fart. Si le vrai fer à farter est idéal, car doté d'un thermostat précis, il reste onéreux. Il est courant de commencer avec un vieux fer à repasser. On prendra comme point de repère par exemple le programme « synthétique » qui propose un température faible, et donc adapté aux farts tendre type jaune pour neige humide.
Pour un fart dur, on augmentera progressivement la puissance, par exemple sur le programme « laine ». Mais je dirais qu'on ne met jamais plus fort que la moitié du thermostat.

Pour le raclage et le brossage, il vous faut un racloir plastique bien affuté. Un passage de temps en temps sur une ponçeuse à bande permet de conserver un racloir avec un arête bien vive. Il faudra essayer d'en enlever le maximum durant cette étape, car sinon, il faut brosser 10 fois plus.
Le stylo à rainure est un petit accessoire à 3€ qui rend bien service, il permet d'enlever facilement le fart dans celle-ci.

Les brosses font l'objet, là encore, d'un débat débile. En nylon, bronze, crin, laiton, acier… il y en a 30 sortes.
C'est surtout le fart tendre qu'il y a lieu de bien brosser pour bien dégager la structure de la semelle qui évacue la flotte.
La brosse en laiton ou bronze fonctionne très bien pour cet usage.
Peu importe la marque, elles sortent toute du même endroit. Si on pouvait savoir d'où, ça permettrai peut-être de les payer 5€ au lieu de 15€ ou 20€…
On recommande parfois la brosse nylon pour les farts durs… Est-ce utile ? Je dirais que si il est bien raclé, le fart dur n'a pas nécessairement besoin d'être brossé. Si vous pouvez acheter une seconde brosse en nylon à poil court, c'est encore mieux.

Aussi, lors de la réception de vos skis neufs, vous serez amené à réaliser plusieurs fartages à chaud, à base de fart tendre, afin de nettoyer en profondeur la semelle et réaliser une imprégnation durable. Il existe des farts d'imprégnation spécifique pour cet usage. Ce sont des farts plus ou moins identique à ceux pour neige humide.
Personnellement je pense que 3 fartages successifs suffisent pour nettoyer la semelle du ski qui est resté stocké plusieurs mois, parfois à la poussière.
Encore une fois, J'irai à l'encontre de la doctrine qui recommande 10 fartages en alternance fart dur / fart tendre. Encore une fois, cela n'est qu'un argument commercial pour vendre du fart sans fondement sérieux.
Idéalement, votre ski neuf devrait être imprégné à chaud en atelier dans une étuve type thermo-bag. Ce service est parfois proposé pour un prix honnête (une douzaine d'euros) dans les magasins.

Laisser un commentaire